testMon image

La tronçonneuse

Présentation de la machine

Remplissant leur mission de protection des personnes et des biens, les sapeurs pompiers sont appelés à intervenir à la suite d’événements exceptionnels (tempête…) pour dégager la voie publique d’arbres ou de poteaux renversés ou abattre ceux qui menacent de tomber (sur une habitation, une école, etc.). Pour ce faire, chaque CIS dispose d’au moins un lot tronçonneuse. D’autres lots sont à disposition du personnel sur intervention dans les cellules SMI (Soutien Matériel aux Interventions) Ces machines sont équipées d’un moteur thermique à deux temps (mélange à 4%).

Elles doivent être entretenues et mises en œuvre conformément aux directives du constructeur.

Elles comportent les parties principales suivantes :

Attention dangers

Les interventions de tronçonnage sont dangereuses en raison de leur contexte même et des risques liés à l’utilisation du matériel. Elles peuvent être rendues encore plus dangereuses par la présence, entre autres, de fils électriques (tombés à terre ou non).

Un premier danger est directement lié à la machine : la coupure due à la chaîne peut entraîner des lésions importantes (section de membres) ; des atteintes plus bénignes peuvent également survenir en cours d’utilisation (brûlure due au pot d’échappement).

Un second est lié au bois à couper : il n’est pas rare de voir un arbre qui tourne sur lui-même et tombe sur le tronçonneur.

Tous ces facteurs imposent aux équipiers sapeurs-pompiers utilisateurs des tronçonneuses une bonne connaissance de leur machine et des techniques de coupe. Seule l’urgence peut autoriser le travail dans des conditions qui ne sont pas idéales (personnel reposé, conditions météo favorables, travail de jour). Si les circonstances le permettent il faut, dans un premier temps, baliser le danger et intervenir plus tard. Lorsqu’il n’y a pas péril, l’autorité de police doit s’assurer du concours d’une entreprise spécialisée.

Procédure d’utilisation Lors de la mise en œuvre des tronçonneuses, il faut se conformer aux règles suivantes :

 La tenue :

Avant toute intervention, le sapeur-pompier doit revêtir les EPI propres à l’utilisation de la tronçonneuse. Ces derniers font partie du lot tronçonneuse et doivent être revêtus par-dessus la tenue F1 portée avec les gants.

Les vérifications de la tronçonneuse avant l’intervention :

Il est impératif, avant l’utilisation de la machine, de contrôler les points suivants :

  • Les niveaux de carburant et d’huile de chaîne. (pendant cette opération, il est strictement interdit de fumer ou de la faire en présence d’une flamme nue)
  •  La propreté de la chaîne.
  •  Le guide de la chaîne.
  • Le filtre à air.
  • La tension de la chaîne:
  • La chaîne est correctement tendue quand elle coulisse librement dans le guide, moteur froid et que les maillons ne sortent pas de la gorge du guide quand on soulève la chaîne.
  • En cours d’utilisation, il faudra vérifier la tension de cet élément à cause de l’échauffement.

Sécurité de l’aire de travail 

Assurer un périmètre de sécurité suffisant autour de l’aire de travail (pendant l’abattage d’un arbre, la distance minimale de sécurité » doit être de deux fois la hauteur de l’arbre le plus haut de la zone d’abattage ; pendant le tronçonnage, maintenir une distance minimale de 4 m50 entre les intervenants) ;

  • Faire couper le courant électrique par EDF pour tout travail à proximité des réseaux ;
  •  Interdire l’usage des tronçonneuses au personnel non formé (elles coupent à plus de 10 000 tours/minute) ;
  •  Ne pas travailler seul ;
  • Ne pas permettre la présence d’observateurs ou d’animaux dans l’aire de travail ;
  •  Ne laisser personne rester à proximité pendant le démarrage du moteur ou l’opération de coupe ;
  • Ne jamais commencer à couper sans avoir repéré un chemin pour échapper à la chute de l’arbre.

Abattage

C’est l’action de faire tomber un arbre. Il faut prendre en considération la force et la direction du vent, l’inclinaison et l’équilibre de l’arbre, ainsi que l’emplacement des grosses branches. Tous ces facteurs contribuent à déterminer la direction de chute. Ne pas essayer d’abattre un arbre dans une direction différente de sa direction naturelle de chute.

Ne couper que du bois ou des matériaux à base de bois. Ne pas couper de tôle métallique, de matière plastique, de maçonnerie, ni de matériaux de construction qui ne soient pas à base de bois.

  • Faire une entaille d’une profondeur environ égale au tiers du diamètre de l’arbre sur le côté du tronc de telle sorte que l’intersection des deux plans de l’entaille fasse un angle droit avec la ligne de chute. Affiner l’entaille de telle sorte qu’elle se termine en ligne droite.
  • Afin d’empêcher le poids du bois de reposer seul sur la tronçonneuse, couper la fente inférieure avant la fente supérieure.
  •  Le trait d’abattage est toujours fait plat et horizontal et à au moins 5 cm au-dessus du plan horizontal de l’encoche.
  • Ne jamais couper jusqu’à l’encoche. Toujours laisser une bande de bois entre l’encoche et le trait d’abattage. Cette bande agit comme une charnière contrôlant la chute de l’arbre et empêchant le tronc de glisser, pivoter ou rebondir sur la souche.
  • Dans le cas d’un arbre de grand diamètre, arrêter le trait d’abattage avant qu’il ne soit suffisamment profond pour causer la chute de l’arbre ou sa retombée sur la souche.

Tronçonnage

Tronçonnage est le terme employé pour le débitage d’un arbre abattu en bûches.

  •  Ne couper qu’un rondin à la fois ;
  •  Soutenir les petits rondins sur un chevalet ou un autre rondin pendant le tronçonnage ;
  •  Maintenir la zone de coupe bien dégagée. S’assurer qu’aucun objet ne puisse entrer en contact avec l’extrémité du guide-chaîne ou avec la chaîne pendant l’opération de coupe afin d’éviter la possibilité d’un phénomène de rebond ;

  • Ne pas couper un arbre au tronc extrêmement fin ou un gros arbre ayant des branches pourries, l’écorce détachée ou le tronc creux.
  • Pendant le tronçonnage sur un terrain en pente, toujours se placer en amont pour éviter d’être heurté au cas où la section coupée se mettrait à rouler.

Ebranchage et élagage

Ce sont les actions qui consistent à enlever les branches d’un arbre.

  • Avant de couper une branche, la débarrasser de ses ramifications pour diminuer son poids et son encombrement.
  • Ne jamais monter sur un arbre pour ébrancher ou élaguer.
  • Ne pas se tenir sur une échelle, une plate-forme, ni rondin sans se placer dans une position empêchant une perte d’équilibre ou une perte de contrôle de l’appareil.
  • Pendant l’ébranchage, se placer de telle sorte que l’arbre se trouve entre l’utilisateur et la chaîne. Pour couper, se placer du côté du tronc opposé à celui de la branche à couper.
  • Ne pas couper quelque chose se trouvant à une hauteur supérieure au niveau de sa poitrine, car une tronçonneuse maintenue à une hauteur supérieure est difficile à contrôler en cas de phénomène de rebond.

Pendant l’élagage d’un arbre, il est important de ne pas faire la coupe au ras de la branche principale ou du tronc avant d’avoir sectionné la branche à couper plus en aval afin de diminuer le poids de la branche. Cela évite d’arracher l’écorce de la partie restante de l’arbre. Tout rondin, branche ou arbuste fléchissant sous la pression d’une autre pièce de bois peut rebondir lorsque la pièce le retenant est coupée ou enlevée. Faire attention aux situations de ce genre, elles peuvent constituer un danger. Faire extrêmement attention pendant la coupe de broussailles et d’arbustes car les branches fines peuvent se prendre dans la chaîne et se trouver projetées vers l’utilisateur ou le déséquilibrer. Pendant la coupe d’une branche se trouvant sous tension, faire attention à la possibilité d’être frappé par la branche par suite de retour élastique lorsque la tension des fibres de bois se trouve libérée.

Commentaires(s)

comments