Le sytème nerveux fait partie d’une des trois fonctions vitales.

Il assure le fonctionnement de tout l’organisme et régule toutes ses activités. Il est constitué d’organes qui nous mettent en relation avec le monde qui nous entoure. Il est constitué de 2 parties : le système nerveux central comprenant l’encéphale et la moelle épinière, et le sytème nerveux périphérique, comprenant les nerfs qui sortent de la moelle.

L’encéphale est constitué de plusieurs éléments : 

Le cerveau composé de deux hémisphères. Il assure les facultés intellectuelles.

Le cervelet intervient dans le controle de l’équilibre, de la contraction des muscles pour assurer les mouvements habituels.

Le bulbe rachidien est chargé de la régulation des fonctions fondamentales involontaires comme le rythme cardiaque, la respiration ou la température corporelle. Il assure de plus la transmission, des influx nerveux entre la moelle épinière et les hémisphères cérébraux.

L’encéphale est relié à toutes les parties de l’organisme par des nerfs.

La moelle épinière et les nerfs périphériques : 

La moelle épinière est située dans la colonne vertébrale (elle passe au milieu des vertèbres. Elle est le point de départ de miliers de nerfs qui se distribuent ensuite dans tout l’organisme. Elle sert en quelque sorte de fil télégraphique permettant de relayer les signaux envoyés par le cerveau.

Protection du système nerveaux : 

L’encéphale est entouré des méninges. Ce sont des feuillets au milieu desquels se trouve le liquide céphalo-rachidien qui protège et amorti les chocs. Autours des méninges on trouve les os de la boite cranienne.

La moelle épinière est entourée par la colonne vertébrale. Il s’agit d’un empilement de vertèbres. Entre chaque vertèbre on trouve un disque intervétébral dont le rôle est d’amortir les chocs.

Conscience et inconscience : 

La conscience est la perception par l’homme de son existence, de ses facultés, de ses actes et de l’exsitence des autres.

L’inconscience est la perte momentanée ou durable de la perception de son existence et de l’existence des autres. Le fonctionnement du système végétatif peut être plus ou moins altéré en cas de trouvle de la conscience.

Evaluation de la réponse verbale : 

Au questions et ordres simples la victime répond de façon : 

– Orientée : la victime répond de façon claire et précise aux questins qu’on lui pose

-Confuse : la victime commet des erreurs ou se répète régulièrement

-Inadaptée : elle émet des mots ou des phrases qui n’ont rien à voir avec les questions posées

-Aucune : il n’y a aucun son émis par la victime

Evaluation de la réponse motrice : 

A la stimulation douloureuse la victime peut : 

-Enlever la main qui la stimule : elle est adaptée

-Diriger sa main vers la main qui la stimule sans pouvoir l’enlever : elle est orientée

-Diriger sa main vers l’endroit douloureux de façon imprécise

-Avoir une flexion ou une extension réflexe de ses bras

-Ne jamais réagir du tout

Recherche d’autres signes de détresses neurologique : 

Réaction pupillaire aussi appelé reflexe photomoteur : 

Il consiste à étudier la réaction des pupilles à la lumière, si les pupilles se rétractent à la lumière on dit qu’elles sont réactives. Elles sont symétriques si la réaction est identique des 2 côtés.

En cas d’asymétrie de la réaction il convient de préciser l’état de chaque pupille.

L’état des pupilles permet d’évaluer le fonctionnement du cerveau.

L’étude de la parole donne une indication sur les capacités du cerveau à fonctionner, à enregistrer et traiter les informations.

L’étude de la motricité et de la sensibilité témoigne d’une atteinte sur les voies de transmission, de l’influx nerveux (ex : traumatisme du rachis) ou d’une atteinte au niveau de la commande centrale (dans certains AVC).

La recherche des signes associés permet de trouver une cause aux troubles de la fionction nerveuse.

L’évaluation des trouvles de la conscience, permet de coter le score de Glasgow.

Le score de Glasgow (CGS : Coma Glasgow Score) est une échelle qui a été inventée pour l’avaluation et la surveillance des troubles de la conscience chez les patients présentant un traumatisme crânien. Elle est utilisée maintenant chez tous les patients présentant un trouble de la conscience.

Détermination du score de Glasgow : 

Score

   

 Ouverture des yeux 

Y

 Réponse verbale   

V

 Réponse motrice

M

1AucuneAucuneAucune
2A la douleurIncompréhensibleExtension MI et MS
3A la paroleInadaptéeFlexion MS et

extension MI

4SpontanéeConfuseEvitement
5OrientéeOrientée
6Aux ordres

MI : Membres Inférieurs     –     MS : Membres Supérieurs

Le score de Glasgow s’obtient en additionnant les scores obtenus pour chaque item : Y+V+M 

Ex : Glasgow à 8 avec Y2 + V2 + M4

​Ce qui correspond à :

-Ouverture des yeux à la douleur

-Emission de sons incompréhensibles

-Mouvements orientés vers la source de la douleur mais inefficaces

Par exemple un score évalué à 7 va imposer une intubation et donc une présence médicale.

Commentaires(s)

comments