On distingue deux catégories d’appareils :
– Les ARI circuit ouvert (ARICO), l’air expiré est rejeté dans l’atmosphère. C’est ce type d’appareil que
l’on trouve au sein des engins de lutte contre l’incendie. Dans ce document la référence ARI concerne
ce matériel.

– Les ARI circuit fermé (ARICF), l’air expiré est recyclé par l’appareil. Dans le département, seule l’équipe
Feux de Navire utilise ces appareils. (L’utilisation de ces matériels n’est pas traitée dans ce document)

Pourquoi porter l’ARI? 5 dangers des fumées :

– Chaudes : issues d’une combustion, elles en emportent une partie de l’énergie,
– Opaques : elles contiennent des particules solides ou liquides, en suspension, qui rendent la vision
difficile.
– Mobiles : par leur structure gazeuse, et la chaleur, elles peuvent se déplacer, parfois très loin du
foyer d’origine.
– Inflammables : souvent riches en particules de carbone elles sont inflammables. En général, 1 m3
de fumée a le pouvoir énergétique de ½ m3 de méthane.
– Toxiques : riches en monoxyde de carbone elles tuent par intoxication.

Le Dossard : 

  • Manomètre : il indique la pression à l’intérieure de la bouteille. Photoluminescent on peut l’utiliser dans le noir.
  • Sifflet : il est intégré dans le bloc manomètre, lorsque la pression dans la bouteille descend en dessous de 55 bars environ, il se déclenche, ce qui implique un retour systématique vers le point d’accès.
  • Prise second porteur : en cas de besoin il est possible à un coéquipier de venir se connecter, afin d’avoir de l’air, ceci implique une évacuation immédiate du bâtiment.
  • Détendeur haute et moyenne pression : cette partie a pour objectif d’abaisser la pression de l’air qui est contenue dans la bouteille, de 300 bars à 6 ou 7 bars dans le flexible moyenne pression. L’air présent dans le masque est légèrement supérieur à 1 bar, le but étant de toujours avoir une surpression dans le masque afin que l’air vicié ne puisse y pénétrer.
  • Bretelle et ceinture ventrale réglable : l’ensemble permet de répartir au mieux le poids de l’appareil. La charge doit reposer essentiellement sur la ceinture ventrale, les bretelles n’étant là que pour limiter le ballant.
  • Soupape à la demande : Elle est là pour délivrer de l’air lorsqu’elle est connectée au masque, par simple encliquetage. L’intérieur du masque est toujours en surpression.
    En cas de besoin, un surplus d’air est disponible en appuyant sur le « by-pass », cela permet par exemple d’augmenter le débit suite à un effort. Ce bouton permet également de purger le circuit d’air.

Le Masque : 

Commentaires(s)

comments