I – L’œdeme aigu du poumon

C’est l’apparition d’eau au niveau des alvéoles pulomaines.

2 mécanismes peuvent créer un OAP. 

L’origine est cardiaque :

Dans ce cas, le coeur pour cause de maladie, ne fonctionne plus correctement. Il ne peut donc plus pomper le sang avec suffisament de force, en particulier vers la périphérie.

Le sang va donc s’accumuler dans le poumon et monter en pression dans les artérioles pulmonaires.

Au niveau des alvéoles, la pression dans les capillaires devient telle que l’eau du sang va voir une tendance à en sortir et à passer dans la lumière alvéolaire, perturbant ainsi les échanges gazeux.

Les premières alvéoles à être touchées sont celle de la base du poumon, car se sont elles qui sont le plus sous pression, chez un patient assis.

 

L’origine est toxique : 

On l’appelle OAP lésionnel. Dans le cas de l’inhalation de substences étrangères à l’organisme en grande quantité (cas de la noyade, de l’inhalation de fumée, …), la paroi de l’alvéole se trouve abimée et devient perméable.

L’eau contenue dans le sang présent dans les capillaire autour de l’alvéole va avoir tendance à aller dans la lumière de l’alvéole du fait de la lésion et perturber les échanges gazeux.

 

Les causes :

-Médicale : Affection cardiaque

-Traumatisme : Contusion thoracique

-Toxique : Inhalation de produits toxiques, noyade

 

Les signes :

-Détresse respiratoire avec augmentation de la fréquence respiratoire, cyanose, sueur, baisse de la saturation O2

-Respiration bruyante, crépitante

-Position assise qui devra être respectée.

 

On sera vigilant à l’apparition d’une détresse circulatorie.

 

II – Le pneumothorax

C’est la présence d’air dans la cage thoracique qui comprime le poumon.

Le poumon se trouve décollé de la paroi par une quantité d’air qui est entrée dans la cage thoracique. L’air vient comprimer le poumon qui ne peut plus fonctionner correctement. Il y a donc un  manque d’arrivée d’O2.

Chez l’adulte jeune et en bonen santé, ce manque d’un poumon est très bien compensé par le deuxième et peut ne pas créer de détresse respiratoire.

Par contre, chez une personne qui a déjà une maladie pulmonaire, ou qui a d’autres atteintes associées la compensation peut être plus difficile.

 

Si l’entrée d’air dans la cage thoracique se poursuit, le poumon sera de plus en plus comprimé, ainsi que les structures qui l’accompagnent (le coeur par exemple).

 

Les causes :

-Médicales : parfois spontané en particulier chez le fumeur, le plongeur, les personnes très grandes et minces, certaines pathologies pulmonaires..

-Traumatique : chute de grande hauteur, avp, plaie par arme

 

Les signes :

-Douleur thoracique (parfois brutale quand spontanée)

-Respiration douloureuse

-Augmentation de la fréquence respiratoire; voir détresse respiratoire

 

Rechercher une détresse circulatoire associée.

 

III – L’hémothorax

C’est la présence de sang dans le thorax.

Un vaisseau se rompt dans le thorax, créant une hémorragie.

La cavité se remplit progressivement de sang, comprimant alors le poumon progressivement.

A la détresse respiratoire peut qui se créer, s’ajoute une possible détresse circulatoire si la quantité de sang dans le thorax est importante ou si elle comprime le coeur, l’empêchant de fonctionner correctement.

 

La cause : 

-Avant tout traumatique

 

Les signes : 

-Détresse respiratoire

-Détresse circulatoire parfois associée

 

IV – L’embolie pulmonaire 

C’est le blocage d’un caillot sanguin dans un vaisseau pulmonaire.

Un caillot sanguin présent dans un vaisseau du corps (veine des membres inférierus dans le cas de la phlébite) vient à se détacher. Il remonte dans la curculation, passe dans le coeur droit et vient se bloquer dans un vaisseau pulmonaire.

Le sang ne pourra plus passer où le caillot sera bloqué et donc ne pourra plus être oxygéné à cet endroit.

Plus le caillot sera gros, plus la zone bloquée sera grande et donc inutilisée pour oxygéner le sang..

 

La cause : 

-Médicale le plus souvent (dans les suites d’une phlébite par exemple)

 

Les signes : 

-Douleur thoracique

-Malaise parfois

-Détresse respiratoire plus ou moins importante

 

V- L’asthme

C’est une affection respiratoire caractérisée par une diminution du calibre des bronches et des bronchioles, entraïnant des difficultés à expirer.

L’asthme aigu grave est une détresse respiratoire aiguë , survenant chez un asthmatique connu et nécessitant une médicalisation urgente.

 

Les causes : 

Le déclenchement d’une crise d’asthme chez un asthmatique connu peut être du à différents facteurs : allergie, manque de médicaments, stress, autre maladie en cours, inhalation de fumée,…

Les petits muscles se trouvant autour des bronchioles vont se contracter en réponse à une stimulation extérieure. Cela crée une gêne à la sortie de l’air des poumons en expiration.

il peut exister des réactions de type asthmatique quand le poumon est soumis à des agressions extérieures importantes.

 

Les signes : 

En crise d’asthme, la victime est spontanément assise et présente : 

-Un sifflement lors de l’expiration

-Une augmentation de la fréquence respiratoire

-Une augmentation de la fréquence cardiaque

 

Les signes de gravité sont : 

-Une fréquence respiratoire suppérieure à 30mvts/min

-Une fréquence cardiaque supérieure à 120puls/min

-Une difficulté voir impossibilité de parler

-Des sueurs

-Une cyanose

-Des troubles de la conscience ou une agitation

 

On recherche :

-Des antécédents d’hospitalisation en réanimation et/ou d’intubation pour asthme

-Une inefficacité du traitement habituel de la crise

-Une augmentation de la prise de médication  pour asthme

 

l’évolution de la crise d’asthme grave, en l’absence de traitement, se fait vers un épuisement respiratoire avec diminution de la fréquence respiratoire et arrêt respiratoire.

 

Commentaires(s)

comments