fbpx
Accueil Chef d'Agrès MGO : La Marche Générale des Opérations (nouvelle génération)

MGO : La Marche Générale des Opérations (nouvelle génération)

0
4662

Trop souvent considerée comme l’enchainement chronologique de differentes actions, la marche generale des operations de lutte contre l’incendie correspond en fait a l’approche que doivent avoir les equipes d’intervenants et en particulier le commandant des operations de secours.

Il n’y a donc plus d’ordre chronologique pour effectuer les actions. Elles sont complémentaires les unes des autres.

Cet article n’exempte pas d’une lecture approfondie du GDO Feu de structures

 

LA RECONNAISSANCE

Objectif : Collecter les informations relatives a l’analyse de la zone d’intervention, au sinistre et aux personnes et biens menaces en tenant compte de l’ensemble des axes de propagation potentiels dans le temps. Ces informations permettront au COS de determiner les objectifs et les idees de manœuvre appropriees qui permettront de les atteindre.

Le Chef d’agrès peut la faire seul ou accompagné d’un binôme.

  • Quelle-est la situation ?
  • Quels sont les risques ?
  • Y a-t-il des victimes ?
  • Le cheminement?
  • Comment le sinistre va-t-il évoluer?

S’il estime qu’il sera tres vite rejoint par un autre SP destiné a prendre le commandement, le premier chef d’agres effectuera une reconnaissance tres sommaire qui lui permet de donner les missions de reaction immediate a son equipage. Les risques d’effectuer une reconnaissance insuffisante pour cibler les meilleurs choix operationnels sont limités si d’autres agrès vont rapidement être à disposition du futur COS.

A l’inverse le premier chef d’agrès qui sait que les moyens se limiteront pendant quelques temps à ceux dont il dispose (son agrès) va devoir effectuer des choix plus sûrs ce qui pourra nécessiter une reconnaissance plus approfondie, d’autant que le renseignement et la demande de renfort éventuelle lui incombent.

S’orienter par rapport à un bâtiment : 

LA VENTILATION OPERATIONNELLE

Un feu ventile, tres bien, bien, peu ou très peu mais il ventile, faute de quoi il s’eteint.

La ventilation operationnelle sur un incendie ne se resume pas a l’usage de moyens de ventilation mecanique par les sapeurs-pompiers. Il s’agit d’un concept qui permet trois actions principales (sans ordre chronologique) :

  • Protéger (empêcher les fumées de venir dans un volume) ;
  • Désenfumer (évacuer les fumées d’un local sans lien direct avec le local en feu) ;
  • Attaquer (agir sur les fumees et le foyer ; canaliser leur propagation)

La mise en œuvre d’une option de ventilation procede systematiquement d’un choix qui tient compte en premier lieu des objectifs que l’on cherche a atteindre.

La ventilation operationnelle peut etre combinee avec d’autres techniques operationnelles (exploration, sauvetage, lutte contre les propagations, lutte contre les foyers, protection, aide aux deblais).

A l’instar de l’utilisation des lances, les actions de ventilation opérationnelle sont adaptées au fur et a mesure de l’évolution de la situation.

LES SAUVETAGES

Mission visant à soustraire d’un péril direct ou imminent, une personne ou un animal se
trouvant dans l’impossibilité ou l’incapacité de le faire par ses propres moyens. SAUVER reste la priorité de l’engagement des sapeurs-pompiers.

Sans que l’on puisse tracer de frontières nettes entre ces deux notions, on distingue le sauvetage de la mise en sécurité qui consiste a éloigner des personnes d’une menace plus ou moins différée. Il conviendra de choisir les tactiques les plus adaptées pour cela, comme par exemple une évacuation légèrement différée après assainissement des circulations, ou encore le confinement.

Ces sauvetages doivent être effectués par les communications existantes. Si celles-ci ne sont pas praticables, ils sont effectués par l’extérieur.

Les victimes sont alors rassemblées au PRV (point de rassemblement des victimes) pour être prises en charge par les équipes VSAV.

Les sauvetages à vue :

Ils sont appelés ainsi quand les victimes sont visibles depuis l’exterieur. Ils necessitent la plupart du temps l’emploi d’échelles a main ou de moyens elevateurs articules (MEA), et parfois l’usage de lots de sauvetage. Le risque preponderant dans ce type d’action est le risque de chute pour les victimes comme pour les sauveteurs.

Les sauvetages en exploration :

Il est parfois necessaire d’acceder aux victimes par l’interieur des structures en empruntant un itineraire hostile (fumees, chaleurs…). Dans ces sauvetages le risque prépondérant auxquels sont exposes les sauveteurs est celui lie aux fumees et a la chaleur mais aussi aux risques d’effondrement. L’accès par le milieu hostile exige en premier lieu, que les sauveteurs disposent d’un moyen hydraulique adapte à leur mission, en particulier dans les locaux siège du foyer et ceux impacts par la convection des fumées et gaz chauds, mais aussi qu’ils possèdent une ligne de vie (ex : les tuyaux du moyen hydraulique).

AIDES : Acceder, Isoler, Desenfumer, Explorer, Sauver (ou Sortir)

Cette technique de recherche et de sauvetage consiste en l’exploration pieces par pieces depuis l’exterieur (on ressort a l’exterieur du batiment entre chaque exploration) des locaux dans lesquels on peut suspecter la presence de victime.

Cette technique expose le sauveteur à un risque raisonnable qui peut devenir majeur si l’étape de l’isolement du feu par fermeture de la porte du volume donnant dans la circulation intérieure n’est pas réalisée rapidement après pénétration dans le volume. Elle est réservée à l’exploration de pièces de surfaces modérées comme des chambres à coucher par exemple comportant normalement qu’une porte intérieure.

Les matériels à disposition pour réaliser un sauvetage sont :

  • Les échelles à coulisse.
  • Les échelles à crochets.
  • Les moyens élévateurs aériens.
  • Les lots de sauvetage et de protection contre les chutes (LSPCC).
  • Les cagoules de fuite raccordées aux ARI des porteurs.

LES ÉTABLISSEMENTS

Consistent à la mise en place de tuyaux en vue d’alimenter des lances.
Ceux-ci sont réalisés selon une méthode ou un ordre bien défini, mais toujours du point d’attaque à la prise d’eau.

L’établissement idéal est celui qui répond au besoin, se fait rapidement et en sécurité, avec une économie de personnels et d’efforts.

Il existe une grande variété de méthodes et techniques d’établissements qu’il convient de choisir en fonction de la nature des risques à couvrir, mais aussi des contraintes de mise en œuvre.

Ils peuvent être:

  • Horizontaux.
  • Verticaux.
  • Obliques ou rampants.

L’ATTAQUE

Phase active destinée à lutter contre un incendie pour aboutir à son extinction.
Elle se fait à partir de points choisis par le chef d’agrès appelés « points d’attaque » .

Trois termes sont utilisés par le commandant des opérations de secours (COS) :

  • Feu circonscrit : C’est entourer l’incendie pourqu’il ne puisse pas se propager.
  • Maître du feu : C’est lorsque celui-ci ne peut plus progresser et qu’il diminue d’intensité.
  • Feu éteint : Les foyers principaux sont éteints, seuls les foyers résiduels persistent.

La lutte contre les propagations externes :

Cette action défensive peut être réalisée selon trois sous objectifs différents :

  • Lutter contre la propagation au niveau de la source. Il en est ainsi quand une pulvérisation est réalisée sur un sortant (ouverture par ou s’échappent des fumées ou des flammes) ainsi des leur émission hors du volume en feu, les produits de combustion sont refroidis ;
  • Lutter contre les propagations en réduisant le flux de chaleur rayonnée. Il en est ainsi par exemple en faisant usage d’une lance “queue de paon” qui projette l’eau sous forme pulverisee en un plan vertical que l’on interpose entre les flammes et les biens susceptibles de pyroliser puis de s’enflammer ;
  • Lutter contre la montée en température des biens soumis au rayonnement en arrosant ceux-ci.

La lutte contre les propagations internes :

Sur le principe, elle peut revêtir les memes aspects, meme si l’action sur le rayonnement n’est pas la plus utilisee. Elle impose de pénétrer dans le bâtiment (mais à l’extérieur du volume siège du feu).

Attaque massive depuis l’extérieur :

Décrite comme une tactique agressive menée depuis une position défensive, cette attaque à vocation à être utilisée :

  • Quand les enjeux matériels ne justifient pas l’exposition des personnels ;
  • Quand la ventilation du feu n’est pas contrôlable (nombreuses ouvertures, toitures effondrées…) ;
  • Dans des feux de volumes et surfaces importantes.

Elle nécessite des moyens hydrauliques importants, une grande partie de l’eau projetée n’étant pas efficace. C’est notamment le cas lors de feux de grands volumes tels que les entrepôts pour lesquels, compte tenu du rayonnement important, empêche une projection d’eau suffisamment près du cœur du foyer.

Attaque des feux naissants :

Cette tactique offensive atténue très rapidement les effets du feu et les moyens hydrauliques à utiliser, sont ceux qui permettent une attaque directe de quelques secondes à débit relativement faible (compte tenu de la faible puissance du feu).

Attaque menée avec “ventilation positive” :

Menée au contact du feu, cette attaque est très agressive contre le feu dans la mesure ou les SP bénéficient d’atouts importants dans la lutte : visibilité grandement améliorée  chaleur évacuée au-delà des SP…

L’eau sera utilisée essentiellement pour refroidir les surfaces soumises a la pyrolyse ou incandescentes. Le refroidissement des fumees n’est generalement pas utile, puisque celles-ci quittent rapidement le volume.

Le debit d’application doit permettre de refroidir les materiaux en ignition et doit si possible eviter une accumulation d’eau au sol, qui pourrait engendrer d’autres degats.

Dans le choix du matériel, le débit communément utilisé est de l’ordre de 125 à 250L/min en particulier si l’apport d’oxygène créé par la ventilation active significativement le foyer.

Attaque menée en “antiventilation” : 

Tactique offensive qui consiste à priver le feu de son comburant, notamment en limitant les ouvertures entre le volume en feu et l’extérieur,

Cette tactique sera le plus souvent utilisée dans des situations ou le feu était déjà sous ventilé avant leur arrivée.

Le risque majeur (sur le plan thermique) est celui d’une inflammation brutale des fumées si la ventilation du feu devient trop forte.

Les quantites d’eau necessaires sont extremement faibles (de l’ordre de quelques dizaines de litres d’eau vaporisee suffisent dans les volumes courants. Ce qui est aisement realisable avec une LDV 500 utilisee avec un debit de l’ordre de 125 L/Min). La difficulté est d’obtenir cette vaporisation, surtout si les fumees et les surfaces sont peu chaudes.

Si l’action réalisée n’est pas efficace et que des débits plus importants doivent être utilisés, cela signifie que le feu est peut- être plus ventilé qu’initialement considéré et qu’une approche différente de la situation doit être envisagée.

Attaque de transition :

Appelée également atténuation, cette technique désigne une attaque limitée en temps (de l’ordre de 10 a 15 secondes pour des volumes courants) menée de l’exterieur, destinée a reduire grandement la puissance du feu pour mener immediatement derrière une attaque depuis l’interieur (il s’agit donc d’un passage du mode défensif au mode offensif).

Le jet utilisé est un jet concentré dirigé depuis l’exterieur sur le plafond du volume en feu avec un debit important (permettant d’atteindre l’etage concerné). L’effet recherché est d’une part une vaporisation en partie haute et d’autre part une retombée en pluie sur des zones incandescentes, ce qui provoquera la encore une vaporisation et créera de l’inertage sur les parties du foyer non atteintes par l’eau. Des debits d’eau eleves sont requis car une partie faible de l’eau sera efficace, pour garantir une portee efficace et une diffusion apres impact suffisante (de l’ordre de 250 a 500 L/Min avec un LDV 500, en fonction de la pérennité de l’alimentation en l’eau).

LA PROTECTION

Fait partie des missions des sapeurs-pompiers, elle doit être opérée le plus rapidement possible. La protection est destinée à limiter le plus possible les dégâts occasionnés par l’eau, le feu, la chaleur et la fumée.

Les actions possibles :

  • Ventilation des locaux,
  • Bâchage, épuisement, assèchement,
  • Déplacement des objets de valeurs (véhicules, HI-FI, argent, bijoux, objets d’art, souvenirs, photographies, archives, ordinateurs, serveurs, disques durs, stockages, etc.).
  • Mise en place d’une lance écran (article infopompier).
  • Prise en compte du ruissellement des eaux d’extinction (obturer, canaliser, confiner) dans des cas particuliers liés à des risques de pollution de l’environnement.

LES DÉBLAIS

Le déblai est une phase importante de l’intervention, Il doit être réalisé avec rigueur et
sécurité. Utilisation de l’ARI + Explosimètre.

Les déblais sont propices aux expositions des personnels aux toxiques gazeux, aux accidents dus à la fragilisation des structures. D’autant plus que parfois ils sont effectués par des SP ayant participé aux phases initiales de l’intervention (fatigue, baisse de vigilance, difficulté à porter et faire porter l’ARI par exemple).

Permettent de :

  • Découvrir d’éventuel points chauds.
  • De déplacer les décombres qui pourraient encore cacher des foyers secondaires.
  • De parfaire l’extinction.
  • D’écarter tous risques de reprise.
  • D’écarter le risque de victimes enfouies.

Attention, des déblais trop poussés ont souvent comme conséquence de rendre très difficile l’expertise judiciaire mais aussi celle des causes et circonstances de l’incendie.

LA SURVEILLANCE

Il s’agit de maintenir sur les lieux du sinistre, du personnel et du matériel sur une période définie. L’engagement de ce dispositif est adapté au sinistre et son contexte.

Elle a pour objet d’empêcher une reprise de feu après le départ des secours. Un “Service“ de surveillance est alors mis en place :

  • L’effectif restant est suivant l’importance dufeu et des lances en action.
  • Il comporte un minimum de deux hommes.
  • Des relèves seront faites régulièrement.
  • Elle s’arrête quand tout risque est écarté.

LE RELOGEMENT

Souvent occulte dans les premiers temps de l’operation de secours, la problématique de relogement, bien qu’etant de la responsabilite du DOS, peut devenir un point sensible de l’operation, au détriment des autres actions.

Des lors que le ou les logements impacté sont identifiés comme inutilisables le COS devra en informer au plus tôt le DOS.

RECONDITIONNEMENT DU MATERIEL

Les actions liées à cet aspect de l’opération sont initiées sur les lieux et se poursuit au centre d’incendie et de secours.

Le déshabillage des personnels ayant des tenues et équipements souillés doit être réalisé en amont de la zone de soutien par des sapeurs-pompiers disposant d’une protection respiratoire (FFP3, masque à cartouche filtrante ou ARI), oculaire et cutanée adaptée au niveau de souillure et des gants à usage unique.

Un lavage systématique des mains et des effets chaussants doit être effectué avant de réintégrer le véhicule. 

Pour aller plus loin consultez le GDO Prévention contre les risques de toxicité liés aux fumées d’incendie

LA PRESERVATION DES TRACES ET INDICES

La préservation des traces et indices (PTI) à pour objectif de limiter l’altération d’une scène d’incendie ainsi que sa contamination. Elle repose en particulier sur l’observation et la memorisation, le deblai temporisé et/ou le deblai adapté.

La préservation des traces et indices contribue à répondre a trois principaux objectifs :

  • Faciliter l’identification de la manière dont le feu a débuté et s’est propagé. Il s’agit la d’un aspect rentrant dans un processus qui contribuera à déclencher de manière précoce le système assurantiel, voire juridique, permettant au sinistre et aux potentielles victimes de revenir plus rapidement à une situation acceptable ;
  • Identifier les comportements ou les équipements à risques et participer a l’évolution des technologies ;
  • Alimenter le retour d’expérience et l’amélioration continue des pratiques de la communauté des pompiers (français et internationaux).La complexité de l’analyse d’une scène d’incendie est donc d’autant plus importante que son niveau de destruction est avancé, que cela résulte du fait de l’incendie lui-même, ou bien des personnels intervenants (sapeurs-pompiers, forces de l’ordre, …), de tierces personnes (témoins, sinistrés…) ou encore des investigateurs post-incendie eux-mêmes.

    Toutefois, si les circonstances ne permettent pas de préserver ces éléments, notamment parce que le déblai, nécessaire à la parfaite extinction du feu, aboutira à leur disparition ou leur dégradation, les équipes doivent veiller, dans le mesure du possible, à les recueillir en amont.


Pour compléter cet article : MGO par Infopompier

Sources : GDO Feu de structures

Commentaires(s)

comments

Log In

Forgot password?

Forgot password?

Enter your account data and we will send you a link to reset your password.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

Log in

Privacy Policy