Des conditions de vent compliquées :

Si dans un premier temps, le feu a paru débuter de la pinède, attisé par les fortes rafales de vent soufflant dans le secteur tout le week-end, c’est au contraire au sein du campement de caravanes de la communauté Rom qui vit sur place que le départ de feu aurait été constaté. “Apparemment, cela provient d’une voiture brûlée au sein même du camp”, précisait hier le maire de Marignane. L’incendie s’est ensuite propagé aux habitats précaires, détritus et autres végétations basses.

Le feu aurait pris à partir d’une voiture brûlée.
PHOTO CLAUDE MONTALIE @LaProvence

Malgré l’intervention rapide, une vingtaine de caravanes et une quinzaine de véhicules ont été détruits. Dans un remblai de déchets, le feu s’est propagé a divers stockages, dont de nombreuses bouteilles de gaz. Le site qui a été pratiquement détruit en totalité dans l’incendie. Pas moins d’une centaine de personnes vivaient sur le camp. 

10 pompiers blessés et un CCFS brulé :

Lors de cet incendie 35 engins et un hélicoptère ont été nécessaires pour éviter la propagation des flammes, soit près d’une centaine de pompiers, quatorze marins-pompiers de Marseille ont également été mobilisés en renfort. Il n’y a pas eu de blessé parmi les personnes de la communauté Rom, en revanche 10 pompiers ont été blessés légèrement lors de cette intervention dont sept ont été évacués vers une structure hospitalière pour des examens complémentaires. L’un d’eux a été blasté suite à l’explosion d’une bouteille de gaz.

Lors de l’évacuation un CCFS qui était en action directe sur les caravanes, a été pris dans l’incendie et a été très fortement endommagé. Les deux pompiers de l’équipage ont pu bénéficier de l’auto protection et évacuer à temps.

CCFS détruit par l’incendie. Ce matin, une trentaine de sapeurs-pompiers sont toujours sur place. @LaProvence

Le terrain sur lequel vivait la communauté appartient au Département. Une procédure d’expulsion avait été engagée en 2013 par l’institution devant le TGI d’Aix-en-Provence pour occupation illicite de site. Les avocats du Département relevaient qu’un constat d’huissier daté du 19 juillet notait que “les lieux étaient souillés par de nombreux déchets, ce qui constitue une gêne pour le voisinage et des risques environnementaux, et qu’enfin, les occupants eux-mêmes sont confrontés à des conditions de vie non décentes”.

Grâce à l’action des 35 engins et 120 pompiers, 100 gens du voyage ont été mis à l’abri, 2 entrepôts et 10 habitations ont été protégés. @SDIS13

Sources : La Provence, Franceinfo, SDIS13

Commentaires(s)

comments