La canicule actuelle fait réapparaître des ouvertures sauvages des bouches et des poteaux d’incendie. Cette tendance, appelée le street-pooling, est récurrente depuis 2015.

On l’a notamment vu à Grenoble, dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine, ou encore Valenciennes. Dans un premier temps en région parisienne, ces actes se répandent à travers l’ensemble du territoire.

Rappelons que ces actes sont illégaux et qu’ils entrainent de lourdes amendes s’échelonnant de quelques centaines d’euros à 75 000 €.

Pour rappel, un hydrant doit pouvoir assurer un débit nominal de 60m3 par heure pendant deux heures mais certains peuvent atteindre plus de 120m3 par heure à une pression de 1 bar.

Crédit photo : Archive Ouest-France

Au-delà du gaspillage d’eau, ces ouvertures intempestives monopolisent les lignes des CTA qui sont appelés par les riverains pour venir les fermer. Les geysers inondent les rues et engorgent les égouts. Cela peut alors entrainer l’intervention des SP pour des épuisements et autres opérations diverses. Par ailleurs, la dégradation de ces hydrants occasionne par le forcement de ces derniers un retard dans l’alimentation des engins-pompes.

L’eau qui provient de ces hydrants garantit la protection du binôme. Il peut se retrouver rapidement dépourvu à l’attaque avec une LDV 500. Ainsi, la plupart des fourgons disposant de 3 000 litres d’eau l’autonomie est de quelques minutes seulement.

Crédit photo : BSPP

Ces hydrants sont vérifiés annuellement par les SP qui contrôlent le bon fonctionnement.

Par conséquent, la BSPP a d’ores et déjà lancé un message afin de prévenir ces comportements irresponsables.

https://twitter.com/PompiersParis/status/1135131758201098241

Il est évident qu’en cas de forte chaleur il est préférable de rester chez soi, à l’ombre et de bien s’hydrater. Il convient par ailleurs de rester attentif à ces pratiques.

Commentaires(s)

comments