Les sapeurs-pompiers du BAB (l’agglomération Bayonne Anglet Biarritz) ont posé pour une photo de groupe afin de dire "STOP" aux violences. © SAPEURS-POMPIERS D'ANGLET
Les sapeurs-pompiers du BAB (l’agglomération Bayonne Anglet Biarritz) ont posé pour une photo de groupe afin de dire “STOP” aux violences. © SAPEURS-POMPIERS D’ANGLET (SDIS64)

Récemment à Lourdes (SDIS65) un Sapeur-Pompier a reçu un coup de poing lors du transport d’un homme de 24 ans vers le Centre Hospitalier et après être intervenu suite à une rixe.

Le soldat du feu fût donc lui même hospitalisé, une plainte sera surement déposée.

Un ras-le-bol des pompiers

Un ras le bol dénoncés par les syndicats qui précisent que jusqu’au 31 août, les pompiers seront en grève via un préavis déposé par les syndicats. Ces derniers représentant « plus de 85 % des sapeurs-pompiers professionnels ».

« Nous voulons exprimer le ras-le-bol des pompiers face à un État qui n’assure plus un certain nombre de missions, et les laisse souvent démunis sur le terrain face à l’augmentation de la détresse humaine et des agressions contre eux », explique André Goretti, président du FA/SPP-PATS, premier syndicat de pompiers professionnels.

Une remise à jour des procédures.

Différentes instructions du ministre de l’intérieur, dont la dernière de septembre 2018, prévoient notamment de renforcer les mesures : de coordination opérationnelle par l’élaboration de procédures spécifiques pour l’intervention dans les secteurs urbains sensibles (points de regroupement, itinéraires sécurisés et règles d’engagement adaptées, avec notamment l’appui éventuel de la police ou de la gendarmerie) ; relatives au dépôt de plainte facilité et à la protection fonctionnelle ; de formation des sapeurs-pompiers à la négociation et aux techniques de défense simple face à une personne agressive.

Plus de deux agressions par jour.

En 2018, sur les 4,6 millions interventions réalisées au cours de l’année, le bilan des agressions à l’encontre des sapeurs-pompiers fait état de 207 violences verbales, 153 jets de projectiles, 346 agressions simples et 66 agressions avec arme, y compris par destination, soit en moyenne 69 agressions par mois sur tout le territoire national et en outre-mer, soit plus de deux agressions chaque jour.

Aux grands maux, les grands remèdes.

Dans le Morbihan après l’explosion des agressions en intervention partout en France, la direction du SDIS a annoncer la mise en place de trois mesures. En plus d’une formation spécifique et de la protection des véhicules, les pompiers pourront filmer leurs interventions. L’article complet est à retrouver sur notre site en cliquant-ici.

Commentaires(s)

comments